Licenciement, arrête de travail : LCL assure

Mon-tatouage.netclassiqueLicenciement, arrête de travail : LCL assure

La banque LCL ouvre l’Assurance Maintien de Salaire (AMS) à l’ensemble de ses clients. Il est donc possible aujourd’hui de se protéger en cas de perte d’emploi où d’arrêt de travail de longue période.
Jusqu’ici le LCL présentait l’AMS uniquement aux emprunteurs. Elle étend désormais cette offre à tout le monde. Les salariés du privé, de 18 à 59 ans, peuvent bénéficier du versement d’un revenu, qui peut durer au maximum deux ans. Les employés du public peuvent également souscrire à l’AMS, mais ils ont droit à une cotisation réduite et des sommes moins importantes. L’AMS  ne fonctionne pas qu’en cas de perte de salaire, si le revenu d’une personne baisse, l’assurance propose un complément.

L’AMS, comment ça marche ?

La cotisation mensuelle est adaptée au salaire de l’assuré. Par exemple, une personne qui gagne entre 1 001 et 1 500 euros pourra toucher au minimum 250 euros et 500 euros au maximum, en cas de problème. En échange, elle paie une cotisation 14,90 euros par mois à l’assurance. « Pour chaque tranche de salaire, l’AMS propose une garantie minimum dès que l’évènement intervient. Elle est versée même si la personne ne subit pas au final de perte de salaire. », explique la banque. L’avantage est que cette aide intervient quelque soit la perte de salaire (totale ou légère). De plus les versements ne sont pas soumis aux impôts. Enfin, le LCL inclus dans cette assurance une aide au retour à l’emploi, via Mondial Assistance. Celle-ci dure environ six mois.
L’AMS fonctionne comme n’importe quelle aide. Elle est versée environ 60 jours après le sinistre et est rétroactive. Elle prend en compte la totalité de l’arrêt maladie ou de la perte d’emploi, depuis le premier jour. Mais pour avoir des avantages, le LCL insiste : l’ancienneté compte. Une personne peut souscrire à cette assurance à n’importe quel moment. Mais plus tôt elle l’aura fait, avant le sinistre, plus le temps de couverture est étendu. Bien sûr, il faudra fournir pendant la période des documents attestant de la situation (arrêt maladie, allocation chômage). Même après la reprise du travail, si l’assuré a de nouveaux quelques problèmes, il peut bénéficier de l’AMS aux mêmes conditions. Il faut juste que cela n’ait pas lieu dans une période de six mois. L’arrêt du contrat est signifié lors de la reprise de l’emploi.

D'autres conseils