Les banques classiques

Archive pour la catégorie ‘classique’



Le compte Nickel montre ses muscles

dimanche 7 août 2016

Destiné à un public à faible revenu, le compte Nickel distribué par les buralistes a séduit au-delà de sa cible initiale et réussit le tour de force de capter plus de 300 000 clients en à peine plus de deux ans. Très demandé, les ouvertures de comptes s’accélèrent et la start-up se fixe l’objectif d’atteindre les 500 000 clients d’ici la fin de l’année.

Confiance immédiate en un compte hors banque

La question de la confiance n’a même pas été posée alors même que le compte Nickel est géré par un spécialiste du paiement électronique, non une banque. L’offre simplifiée de compte courant à 20 € par an a suffit à séduire le public. Ouvert sur simple scan de la carte d’identité et déclaration du numéro de téléphone dans un bureau de tabac, sans conditions de revenus ni de dépôt minimum, le compte Nickel sort de l’ornière les interdits bancaires et ceux dont les revenus sont irréguliers. L’impossibilité d’être en découvert et l’absence de toute possibilité de crédit font du compte Nickel un compte courant minimaliste mais rassurant. L’abonnement comprend une carte bancaire Mastercard internationale, les virements en lignes illimités, les alertes par emails en illimité et 60 alertes sms. Il est alimenté par les virements gratuits ou les dépôts d’espèces chez le buraliste facturés 2% du montant déposé. Les retraits d’espèces sont facturés 0,50 € chez le buraliste et 1 € en distributeur. Et c’est tout. Pas de chéquier, pas de découvert autorisé.

Les buralistes équipés d’un terminal connectés forment déjà un réseau 1645 points Compte-Nickel et devraient passer à 2 300 d’ici la fin de l’année.

Environ 20 000 comptes sont ouverts par mois, 110% de mieux par rapport à la même période en 2015. En avril 2016, 2 821 000 opérations de paiement étaient enregistrées. L’accélération du rythme d’ouverture porte le compte Nickel à plus de 300 000 clients en mai 2016, alors que son entrée sur le marché ne remonte qu’à février 2014.

500 000 clients en décembre ?

Les méchantes langues diraient que nous assistons à une nouvelle version de la fable de la Grenouille qui voulait se faire aussi forte que le bœuf. Or, nulle prétention ici. Les chiffres sont là : le compte Nickel attire une clientèle de plus en plus nombreuse et pas seulement de personnes en difficulté.

45% des comptes Nickel sont détenus par des salariés du public et du privé, les demandeurs d’emploi représentant 30% des titulaires, les artisans, commerçants et professions libérales 14%, les étudiants 7% et les retraités 4%. Autres signes de l’hétérogénéité de la clientèle, 30% des transactions par carte sont des paiements sur internet et 7% des paiements sont effectués à l’étranger : en Espagne, Belgique, Allemagne et au Royaume-Uni, des pratiques auxquelles ne s’adonnent généralement pas les personnes en difficulté.

Le compte Nickel intéresse aujourd’hui toutes les catégories socio-économiques et en particulier les adolescents qui obtiennent leur première carte bancaire avec la sécurité d’un compte sans découvert.

Ce succès auprès de la population du compte Nickel autorise Hugues Le Bret, fondateur de la SAS Financière des paiements électroniques, à viser un effectif de 500 000 clients d’ici fin 2016.

En faveur de cet objectif, a été développée l’application du compte Nickel pour Apple et Android. Elle est disponible sur mobiles et tablettes depuis le mois de juin et comprend une fonction innovante de paiement entre particuliers par SMS. Produit low cost, le compte courant Nickel apporte en plus à ses clients toute la primeur des fintech. C’est donc bien un géant qui est en train d’éclore.

 

Publié dans classique | Les commentaires sont fermés

Obtenez des Pass pour le Festival cinéma Télérama

lundi 29 décembre 2014

Dans un mois débute la 18ème édition du Festival cinéma Télérama organisé conjointement par le magazine Télérama et BNP Paribas. Pour l’occasion, les places sont à 3,50 € sur présentation d’un Pass spécial.

16 films sélectionnés par Télérama à 3,50 € la place

Le Festival cinéma Télérama se déroulera du 21 au 27 janvier 2015 dans 251 salles de cinéma en France. Le principe de l’événement est de voir ou revoir des films sortis en 2014 à un prix de 3,50 € la place. Pour en profiter, il suffit de découper des Pass disponibles dans les magazines Télérama qui paraitront les 14 et 21 janvier 2015, chacun donnant droit à deux entrées à tarif réduit.

Les films projetés à l’occasion du festival sont 16 œuvres cinématographiques choisies par la rédaction de Télérama.

Au programme :

Eastern Boys réalisé par Robin Campillo ;

Léviathan réalisé par Andrei Zvyagintsev ;

Eden réalisé par Mia Hansen-Love ;

Saint Laurent réalisé par Bertrand Bonello ;

Mommy réalisé par Xavier Dolan ;

The Grand Budapest Hotel réalisé par Wes Anderson ;

Bande de filles réalisé par Céline Sciamma ;

Ida réalisé par Pawel Pawlikowski ;

Une nouvelle amie réalisé par François Ozon ;

Only Lovers Left Alive réalisé par Jim Jarmusch ;

Au bord du monde réalisé par Claus Drexel ;

Winter Sleep réalisé par Nuri Bilge Ceylan ;

Hippocrate réalisé par Thomas Lilti ;

Under the Skin réalisé par Jonathan Glazer ;

Le Garçon et le Monde réalisé par Alê Abreu ;

Dans la cour réalisé par Pierre Salvadori.

BNP Paribas offre aussi des Pass pour le Festival

Partenaire du Festival cinéma Télérama, BNP Paribas propose aussi des Pass qui peuvent être obtenus en agence avec la carte WELOVECINEMA et en participant à la loterie accessible sur : http://www.bnpparibas.net/cinema

Publié dans classique | Les commentaires sont fermés

La Fondation BNP Paribas lance le programme Dream Up

mercredi 26 novembre 2014

À l’occasion de son anniversaire, fêté lundi 13 octobre 2014, la Fondation BNP Paribas a lancé son programme culturel et solidaire « Dream Up ». Ce projet d’envergure international engage un investissement de plus de 2 millions d’euros.

C’est au cœur du très chic Marché Saint-Honoré à Paris que la fondation BNP Paribas a fêté ses trente ans, invitant les jeunes du quartier à venir découvrir dans la rue des animations de danse contemporaine, de jazz et des numéros de cirque. Aussi, monsieur Michel Pébereau, actuellement Président d’honneur de BNP Paribas et Président de la Fondation qui a inauguré le projet « Dream Up », a notamment rappelé la vocation culturelle et sociale de la Fondation BNP Paribas, précisant que l’institution « s’est très tôt orientée vers la solidarité, l’éducation et la recherche environnementale ». Outre le projet Dream up, ce jour anniversaire fut également le point de départ de plusieurs évènements organisés cette année et l’année prochaine, toujours sur les thèmes de la solidarité, l’environnement et la culture.

Dream Up : 30 projets dans 30 pays différents

Dotée d’un budget conséquent de 2 millions d’euros, la Fondation BNP Paribas crée « Dream up », un programme complet de soutien en faveur des jeunes en marge de la société. BNP Paribas envisage de lancer une trentaine de projets dans autant de pays. En 2012, la Fondation avait déjà testé son programme « Dream up » articulé autour du principe d’une éducation fondée sur la pratique des arts. Ainsi, 12 projets ont déjà été réalisés, tels que la promotion du cinéma en Espagne, celle de la musique en Italie et au Portugal, celle des arts visuels au Royaume-Uni, du cirque en Roumanie et de la danse contemporaine en Chine.

Dès aujourd’hui, « Dream up » prend une plus grande envergure avec un programme étendu à 30 pays dans le monde dans lesquels est implanté BNP Paribas. Ce sont donc 30 projets culturels et solidaires qui seront montés d’ici trois ans à l’aide d’une collaborations entre des équipes de BNP Paribas présentes sur place et les associations locales. Chaque projet recevra une enveloppe budgétaire de 20 000 euros par an sur trois ans.

La Fondation BNP Paribas précurseur en termes de culture, solidarité et préservation de l’environnement

La Fondation BNP Paribas ne cache pas son engagement militant en faveur de plus de solidarité, de culture et de protection de la planète. Depuis 30 ans, elle s’est notamment portée mécène dans près de 300 programmes culturels, 40 projets de recherche environnementale et plus de 1000 initiatives éducatives et sociales que ce soit en France ou à travers le monde.

Publié dans classique | Les commentaires sont fermés

BNP Paribas organise Le Café des voisins

dimanche 25 mai 2014

A l’instar de « La Fête des voisins » ou « Immeubles en fêtes », BNP Paribas propose de venir déguster un bon café et des croissants tout frais dans plus de 1300 agences bancaires. Appelé « Le café des voisins », cet événement sympathique se déroule les 23 et 24 mai 2014.

Café chaud et croissants pour bien commencer la journée

Dans les quartiers des agences BNP Paribas qui participent à l’opération, tout le monde est invité à venir déguster un café et des croissants. Ce « Café des voisins » est organisé et offert par la banque pour pouvoir réunir les voisins, les clients, les commerçants, les passants dans une atmosphère chaleureuse et informelle. « Le Café des voisins » mobilise plus de 1300 agences en France, soit environ plus d’une agence sur deux, appartenant au groupe bancaire. Cette occasion est peut-être l’opportunité idéale pour présenter un projet à son banquier, dans un contexte décomplexé et détendu.

Le Café des voisins au cœur des valeurs de BNP Paribas

BNP Paribas s’engage particulièrement dans tout ce qui est organisation de rencontres sociales, dont « Le Café des voisins ». Lorsqu’il s’agit d’être un acteur engagé et responsable dans le développement des liens sociaux, BNP Paribas est toujours la banque numéro 1 en France. Ecoute, engagement, proximité et responsabilité sont les valeurs primordiales mises en avant avec « Le Café des voisins ».

Publié dans classique | Les commentaires sont fermés

BNP Paribas offre le 1er mois de cotisation sur son assurance auto

dimanche 19 janvier 2014

Obligatoire pour tout propriétaire d’une voiture, l’assurance auto apparaît comme un poste de dépenses non négligeable dans le budget et doit donc être choisie avec précaution, BNP Paribas venant de mettre en place une Vente Flash sur ce produit, organisée du 6 au 15 janvier 2014, à saisir donc au plus vite, celle-ci n’étant valable que pour quelques jours.

Un mois offert sur l’assurance auto BNP Paribas

Ayant décidé de permettre à ses usagers de débuter l’année en réalisant des économies, l’enseigne a ainsi fait le choix de proposer la gratuité pendant un mois de son assurance auto pour toute souscription effectuée entre le 6 et le 15 janvier 2014, constituant donc une opportunité à ne pas manquer, les avantages du contrat ainsi proposés se révélant être tout à fait intéressants pour les conducteurs.

L’assurance auto BNP Paribas propose des conditions avantageuses

C’est tout d’abord la protection du conducteur qui se trouve être extrêmement performante, avec une indemnisation en termes de garantie personnelle jusqu’à 1 million d’euros dans le cadre de l’option, mais aussi en inclusion une base de remboursement en valeur d’achat de 18 mois pour un véhicule de première main en cas de destruction ou de vol, d’autres compléments, tels que l’Assistance 0 km, le Pack Auto Relais et le Pack Financier pouvant encore venir améliorer l’ensemble.

L’assurance auto de BNP Paribas met donc tout en œuvre pour que tout se passe dans les meilleures conditions permettant dès lors une conduite en toute sérénité du fait de la formule relativement complète proposée là.

Publié dans classique | Les commentaires sont fermés

Les taux de l’emprunt immobilier augmentent partout

samedi 19 octobre 2013

Selon le baromètre mensuel national des taux fixes de crédits immobiliers, établi par le courtier en ligne Empruntis.com, la tendance à la hausse observée depuis cet été s’est poursuivie sur l’ensemble du territoire et pour la plupart des contrats.

Empruntis.com, courtier en crédits et assurances, publie tous les mois son baromètre des taux fixes de crédits immobiliers, hors assurance. Le dernier relevé effectue la comparaison entre les taux du marché enregistrés le 16 septembre et le 14 octobre 2013.

Pour les sept régions observées, l’augmentation des taux est générale pour les contrats de 7, 10, 15, 20 et 25 ans. Pour les contrats sur 30 ans, les taux moyens restent stables à 4,60 % et marquent juste un repli en région Sud-Ouest où la moyenne de 4,40% est plus faible.

Une hausse perceptible mais très modérée

Si l’on s’en tient par exemple aux contrats d’emprunts immobiliers sur 15 ans, leur taux fixe moyen est actuellement de 3,30% en Île-de-France, 3,40% en région Nord, 3,30% en région Est, 3,25% en Rhône-Alpes, 3,30% en région Méditerranée, 3,20% pour le Sud-Ouest et 3,25% en région Ouest.

La barre des 3% semble avoir été durablement franchie en ce qui concerne les moyennes. En revanche, quand on regarde les taux d’intérêt accordés aux meilleurs dossiers sur 15 ans, ils ne dépassent pas les 2,90%.

Sur 7 ans en revanche, les moyennes restent un peu en deçà des 3 % (2,95% en Île-de-France, Nord et Sud-Ouest – 2,90% en Rhône-Alpes – 2,75% en région Ouest), hormis en Méditerranée (3,05%) et à l’Est (3,10%).

Si hausse il y a, elle n’a donc rien de spectaculaire, les marges de progressions tournant autour de + 0,05% à 0,10%. Manifestement, les taux des crédits aux particuliers sont revenus à leurs niveaux de janvier 2013 et ils restent bas.

Des signes favorables à la stabilité si ce n’est une nouvelle baisse des taux d’intérêt

La hausse des taux du crédit ne semble pas justifiée pour les mois prochains. Le contexte concurrentiel du secteur bancaire, les efforts des pouvoirs publics en faveur du marché immobilier et la tendance à la baisse des taux de financement des banques s’y opposent.

  • La concurrence du secteur bancaire

Tout d’abord, à l’approche de la fin de l’année, les banques sont plus que jamais en quête de clients et feront tout en leur pouvoir pour rester attractives. Or, il serait dissuasif de majorer le taux de l’emprunt immobilier, surtout en face d’un nouveau public devenu très regardant sur les conditions d’emprunt. Il est vrai que le marché du crédit immobilier est atomisé par de multiples acteurs, partagé entre les banques, les organismes de prêts et les courtiers, ces derniers captant 25% de la distribution des crédits immobiliers. Cette concurrence maîtrise inévitablement la hausse des taux.

  • L’afflux de nouvelles offres

Parallèlement, la période devrait être propice au marché immobilier avec l’arrivée sur le marché d’une vague de résidences secondaires que des propriétaires voudront lâcher avant le durcissement du régime fiscal des plus-values immobilières. Une trop forte augmentation du crédit immobilier aurait pour effet de geler instantanément cette vague tant attendue.

  • La baisse du taux de l’OAT à 10 ans

L’évolution des taux des crédits immobiliers est, selon les professionnels de l’immobilier, dictée par les mouvements à la hausse ou à la baisse de l’emprunt d’État français, les obligations assimilables du Trésor, l’OAT 10 ans. C’est en effet son taux qui détermine celui auquel les banques se financent elles-mêmes sur les marchés long terme. Or, si l’OAT 10 ans s’envolait cet été, de 1,37% début mai à 2,65% en septembre 2013, son cours est retombé sous la barre des 2,50% en octobre.

Une seule ombre au tableau, la fin programmée du plan d’assouplissement quantitatif de la FED, le plan « QE3 » (Quantitative Easing) de Bernanke, dont la mise en œuvre reviendra à Janet Yellen dès le début de l’année prochaine. En ce cas, il existe un risque de hausse des taux sur le marché obligataire, emportant celui des OAT 10 ans de l’État français et en conséquence celui des taux de l’immobilier.

Publié dans classique | Les commentaires sont fermés

Le décret supprimant le fichage des entrepreneurs ayant fait faillite a été publié au Journal Officiel

vendredi 13 septembre 2013

Annoncé le 29 avril dernier par Fleur Pellerin, Ministre déléguée aux PME, l’abandon du fichage « 040 », par la Banque de France, est ainsi entré en vigueur ce lundi 9 septembre 2013, concrétisant alors une promesse formulée par le Président de la République, François Hollande, à l’occasion des Assises de l’Entreprenariat, par l’intermédiaire d’un décret d’application de la mesure publié au Journal Officiel.

Arrêter la stigmatisation des entrepreneurs ayant connu l’échec

S’appliquant à l’ensemble des entrepreneurs ayant vu leur société soumise à des mesures de liquidation judiciaire, le fichage « 040 » de la Banque de France constituait, en effet, une difficulté pour les 144 000 personnes faisant l’objet de cette mesure, rendant plus délicate l’obtention d’un crédit auprès des établissements bancaires, celle-ci apparaissait comme une véritable « stigmatisation », selon les propres termes de la Ministre, qui a toutefois tenu à préciser que ce changement ne s’appliquerait pas aux faillites frauduleuses, soulignant sa volonté de « décomplexer l’échec ».

Les 144 000 entrepreneurs fichés « 040 » prévenus par la Banque de France

Constituant une évolution particulièrement importante pour les quelques 144 000 entrepreneurs concernés par le fichage « 040 », cette nouvelle mesure fera ainsi l’objet d’une information personnalisée, la Banque de France ayant, en effet, prévu d’adresser une lettre d’information à l’ensemble des personnes concernées, leur confirmant le retour à la valeur « 000 » de leur indicateur, soulignant ainsi l’absence de remarques de la part de l’organisme d’Etat, qui devrait donc faciliter leur possibilité de recourir au crédit bancaire.

Publié dans classique | Les commentaires sont fermés

Baisse du nombre d’agences bancaires en Europe mais relative stabilité en France

jeudi 12 septembre 2013

La BCE a enregistré en 2012 une baisse significative du nombre d’établissements bancaires de proximité. Ces agences ont fermé de façon spectaculaire en Espagne plaçant ainsi la France dans une position d’exception.

Fermetures : 79 agences françaises contre 1 963 en Espagne

La Banque centrale européenne a publié le 11 août 2013 les chiffres relatifs au nombre de fermetures d’agences bancaires dans toute l’Europe. Ainsi, elle a comptabilisé 5 500 fermetures d’agences en Europe. L’Espagne qui se trouvait jusqu’à présent en tête avec un très grand nombre d’établissements de proximité se place désormais derrière la France. En effet, en 2012 les Espagnols ont vu la fermeture de 1 963 agences contre seulement 79 en France. L’Espagne conserve tout de même un nombre significatif d’agences bancaires, à savoir 38 142 agences, un  chiffre légèrement inférieur aux 38 450 installées en France.

La concurrence des services bancaires en ligne

Pour expliquer ces fermetures simultanées des agences bancaires en Europe et en France, il suffit de rapprocher ce phénomène de la présence de plus en plus forte des banques 100% en ligne, proposant des services complets, accessibles sans contrainte depuis un ordinateur, une tablette ou un smartphone. Déjà en avril 2013, l’institut Ifop soulignait que désormais 17% des clients des banques envisageaient de se déplacer en agence contre 52% en 2010. Depuis l’arrivée cette année de Hello Bank ! la banque en ligne du groupe BNP Paribas, il est clair que bon nombre d’agences fermeront encore en 2013 puis en 2014.

Publié dans classique | Les commentaires sont fermés


Les banques en ligne



Les actualités